Dans quelques temps, ce blog fetera sa premiere bougie

Dans quelques temps, ce blog fetera sa premiere bougie

L’idee de depart etait de s’interesser a la place qu’occupe la cinephilie via Internet, aux gouts des usagers.

Par Antoine Katerji

Publie le 21 novembre 2016 a 19h00 Mis a jour le 30 mars 2016 a 14h47

Dans quelques temps, ce blog fetera sa premiere bougie. L’idee de depart etait de s’interesser a le poste qu’occupe Notre cinephilie dans Internet, a toutes les styles des usagers qui ne semblent pas forcement ceux des critiques, a commencer par la passion des nanars.

Cela manque a ce tableau un texte qui montre que ces gouts, loin d’etre univoques, font l’objet de debats enflammes sur le Net, que plusieurs nanars font polemique chez nos internautes qui tentent de des rehabiliter a coups de posts et de pages Facebook.

L’histoire de Zef et de Marie

A l’image du premier film de Patrick Sebastien, « T’aime » qui, seize ans apres sa sortie, continue de diviser les internautes :

  • les uns y voient votre affreux nanar, moralement douteux et involontairement drole,
  • quand d’autres parlent d’un hymne a l’amour fou, l’?uvre d’un genie incompris.

« T’aime », sorti en 2000, est le premier et dernier film de Patrick Sebastien. Il raconte comment un simple d’esprit, Zef, tout trouble d’avoir surpris sa s?ur en emplie seance SM, viole Sophie, la fille du notable du coin. Declare irresponsable, Zef se trouve interne dans un asile psychiatrique tandis que Marie, devenue mutique, se fait soigner en maison de repos.

Elle y fera la rencontre d’un psy au grand c?ur et aux methodes avant-gardistes (joue avec Patrick Sebastien himself) qui pense que sa guerison passe par la reconciliation avec Zef. S’ensuit une affaire d’amour entre les murs de l’hopital. Mais c’est sans compter le pere de Sophie (joue par Jean-Francois Balmer) qui decide de mettre un terme a cette union qu’il juge « contre-nature ».

« Lui l’epouvantail, elle l’oiseau »

Tout sonne faux dans ce film qui accumule :

  • cliches (du genre l’amour donne des ailes et l’homme enferme est votre oiseau en cage),
  • caricature (les pourris de patrons et les gentils campagnards),
  • philosophie de comptoir (« on peut lire dans mon tour des hommes mais nullement au c?ur des femmes »),
  • et poesie de Prisunic (« lui l’epouvantail, elle l’oiseau, maintenant qu’ils seront au meme champ, elle finira bien par se poser concernant lui »).

Mais cela choque est moins la forme que le fond et ce retournement scenaristique qui fera passer le viol pour la premiere etape d’une belle et grande histoire d’amour. Une scene qui detonne d’ailleurs avec la suite du film via son esthetique de films d’horreur (sa nuit, via une route de campagne, avec musique angoissante et plan d’une poupee dans l’herbe).

Nul ou genial ?

Sur Allocine, les internautes se dechirent autour de la video qui reussit l’exploit d’avoir autant de cinq etoiles que de zero etoile :

« Un excellent fou rire. » « J’ai les yeux et les oreilles qui saignent. » « L’un des pires navets qu’il m’ait ete gratuit d’observer. »
« Un film epoustouflant qui sort de l’ordinaire. » « On rit, on hurle. c’est du cinema, tout juste. » « Un tres beau film avec une tres belle histoire d’amour. »

Meme gui?re sur que ce soit un nanar.

La soiree fait aussi debat dans Nanarland qui le classe dans la categorie polemique et salue le courage d’un Patrick Sebastien qui sort, ici, de sa zone de confort :

« Deja, il n’a pas fait ce qu’on pouvait recevoir de lui. Ce n’est pas l’histoire de deux rugbymen qui petent sous la douche et attirent une soucoupe volante pilotee par Le Glaude (Sebastien en De Funes) et J’ai Denree (Sebastien en Villeret) de retour via Terre Afin de la suite de “La Soupe aux choux”. » « “T’aime” reste loin d’etre un nanar. S’il n’etait pas signe Patrick Sebastien, de nombreuses ceux qui l’assassinent lui trouveraient peut-etre aussi des excuses. »

Pour autant, l’explication d’un Sebastien victime de le image de « mec grossier a l’humour de petomane », « symbole d’la France franchouillarde et ringarde de “Tournez les serviettes” et du “Gambadou” » est contredite avec la plupart critiques. Comme celle du youtubeur InThePanda qui s’adresse en direct a Sebastien :

« Mon Patrick, notre Patoche tel j’aime t’appeler le samedi jour, la main au calbar, sache que je t’ai compris via beaucoup de trucs, je te suivrai i  chaque fois dans ta defense des petites personnes qu’on a envie de rassembler autour une fete et des valeurs simples de la vie. mais la, tu dis d’une merde. »

Et parle de son « malaise permanent » devant 1 film « qui donne envie de hurler au ciel et se foutre en position laterale de securite dans un coin d’la piece ».

L’amoooooooour

Vous devez penser que le personnage de psy a catogan et a grosse moto joue avec Patrick Sebastien fout des jetons. Cela justifie ses experiences « au nom de l’amour absolu » et passe la soiree a pontifier sur l’amour :

« L’avenir de l’homme, c’est nullement le Valium, c’est l’amour. » « Notre force de l’amour, c’est tel un ocean. Si on se donne la peine de plonger, au fond, on voit des tresors qu’on ne soupconne jamais. »

Pour Nanarland, « T’aime » reste « le plus grand cas barre du monde ». Et le website de L’Ouvreuse voit en Sebastien :

« Un fele dont les ambitions demesurees font de l’ideologie scientologue un modele de Raison. Qui signe la le Evangile, son Testament, le recit d’une race perdue pour forcement, destinee a Notre chute. »

Sur de le fera, Sebastien anticipe la critique et Notre desamorce en faisant penser au plus antipathique des personnages, le pere de Marie, qu’il est un « gros con d’humaniste de merde ».